Chroniques culinaires

Cuisiner avec son enfant: apprendre en s'amusant!

Auteur : Import Process

Chroniques culinaires

Cuisiner avec son enfant: apprendre en s'amusant!

Pourquoi ne pas cuisiner avec son enfant? Popoter à quatre mains, c'est l'occasion d'apprendre en s'amusant et de découvrir les aliments… avant qu'ils ne se retrouvent dans l'assiette.

 

 

Les vacances sont idéales pour cuisiner avec son enfant

C'est dimanche et il pleut. Impossible de sortir. Pourquoi ne pas sortir bols et chaudrons et cuisiner en famille un gâteau, des biscuits ou une bonne soupe aux légumes?

Pris dans le tourbillon du quotidien, il est difficile de trouver le temps pour cuisiner et assurer le transfert de connaissances culinaires à son enfant. Pourtant, les spécialistes s'accordent à dire que plus un enfant cuisinera jeune, mieux il se portera. Un adolescent qui fréquente la cuisine depuis l'âge de six ans, que ce soit pour couper les légumes ou regarder ses parents préparer le repas, aura généralement de meilleures habitudes alimentaires. Et à l'âge adulte, il délaissera les plats préparés pour les plats maisons. «Plus tard, si tu ne sais pas cuisiner, tu mangeras tout le temps des plats cuisinés et ce n'est pas bon pour la santé», résume Camille, participante au camp d'été culinaire de la Tablée des Chefs, à Longueuil.

Il n'est toutefois pas évident de transmettre des notions de saine alimentation et de cuisine lorsqu'on ne les maîtrise pas complètement. Voici quelques conseils pour faire de vos enfants des toqués de cuisine.

 

Mais je ne suis pas cuisinier...

Pas besoin d'être un grand chef pour faire de votre enfant un cuisinier en herbe. Selon Charles, cuisinier et animateur au camp de jour de la Tablée des Chefs, il faut prendre conscience que chaque enfant est différent et adapter son approche.  

Inutile de se lancer dans un monologue extrait du dictionnaire de la cuisine. Trop d'information tue l'intérêt, si on en croit Coralie, participante au camp de jour culinaire: «quand je cuisine avec mon père, il m'explique trop comment il faut faire».

Enseigner les valeurs nutritionnelles est peut-être prématuré avant d'entrer à l'école, mais faire reconnaître les aliments et apprendre à distinguer une courgette d'une aubergine ne l'est pas.

 

Apprendre à reconnaître les aliments

Dès l'âge de deux ans, on peut commencer à initier l'enfant à la cuisine. On peut commencer en l'exposant aux différentes sources d'approvisionnement: au supermarché, au marché public ou encore dans les activités d'auto-cueillette chez les producteurs.

Mais attention, l'enfant peut-être un consommateur très persuasif! Il sait user de stratégies (colère, obstination, affection...) lorsqu'il veut quelque chose. Il faut l'en dissuader intelligemment en développant des réponses de refus qui mettent l'accent sur l'importance de faire des choix et les critères de ces choix. C'est un travail d'apprentissage, à exercer au quotidien.

 

Rendre l'activité ludique

Avec les jeunes enfants, le secret de la réussite est de rendre l'activité ludique. Il faut donc varier les supports pour maintenir l'éveil de l'enfant. L'exercice peut être aussi simple que de l'asseoir sur le coin du comptoir pendant la préparation du repas du soir. Petit à petit, il risque de montrer de l'intérêt et de vouloir mettre la main à la pâte. Lui demander de l'aide pour mettre la table n'est pas considéré comme de l'esclavagisme et cela vous permettra de respirer un peu!

«Un enfant, il s'intéresse naturellement. Il s'émerveille d'un rien. C'est plus facile de l'intéresser qu'un adolescent avec qui il faut créer une étincelle», raconte Lucas, animateur dans le camp de jour de la Tablée des Chefs. Cette ouverture d'esprit innée est l'opportunité d'encourager de saines habitudes alimentaires et de transmettre son savoir culinaire. Marie Marquis, nutritionniste et experte sur le phénomène de transmission alimentaire, estime qu'il est de la responsabilité des parents de maintenir ces compétences culinaires. Après tout, qui veut voir disparaître la recette de tarte aux pommes de sa grand-mère?

 

Se réserver du temps pour cuisiner en famille

Marie Marquis admet qu'avec le rythme de vie des familles d'aujourd'hui il est difficile de faire participer un enfant à la préparation du repas quotidien. Elle mise plutôt sur des moments privilégiés les fins de semaine ou lors des vacances. On invite alors l'enfant, selon son âge, à nettoyer les légumes, brasser la pâte à biscuits, ajouter les oeufs dans le mélange à crêpes ou décorer le gâteau.

C'est par ce type d'expériences que l'enfant se construit et qu'il façonne l'individu qu'il sera demain, souligne la nutritionniste. «Les enfants apprennent en regardant plus que par la parole. Ils observent, reproduisent et lorsqu'ils se trompent, c'est à ce moment qu'il faut expliquer l'erreur», ajoute-t-elle,

La transmission culinaire fait partie intégrante de la construction identitaire. Ce transfert de connaissances permet de structurer l'alimentation dans le cadre familial (horaires et structure des repas). Le plus tôt étant le mieux, car l'enfant acquiert des automatismes. 

 

Se préparer à cuisiner avec les enfants

Faire la cuisine avec son enfant demande de la préparation, de l'organisation, mais surtout de l'anticipation. Tout d'abord, il faut choisir la recette. On va chercher le bouquin de cuisine avec de belles photos pour donner envie de croquer le plat et on fait choisir à notre cuisinier en culotte courte ce qui lui fait envie. On s'assure cependant que la recette demande des techniques de base simples et qu'elle n'est pas trop longue à réaliser. On la lit attentivement pour être certain de bien comprendre toutes les étapes. On prépare ensuite tous les ustensiles et les ingrédients nécessaires pour ne pas avoir à farfouiller dans les armoires pendant toute l'activité.

Ne reste plus qu'à superviser la réalisation de la recette et à surveiller qu'aucun incident fâcheux ne vienne gâter la sauce. On garde un oeil sur les couteaux, les sources de chaleur et la propreté du sol pour prévenir une chute.

 

Cuisiner avec son enfant en 10 leçons

-  Planifier la séance

Choisir un moment d'entière disponibilité. Mieux vaut privilégier le samedi ou les vacances plus propices à la détente et au calme.

-  Choisir la recette

Il faut tenir compte de l'envie de l'enfant, mais aussi du niveau de difficulté. On préfère des techniques de base: laver les fruits et légumes, ajouter des ingrédients déjà pesés et coupés, mélanger, etc.

-  Organiser l'atelier cuisine

Si besoin, il est bon d'adapter la hauteur du plan de travail. On prépare les ingrédients (pesés, nettoyés, coupés...) et le matériel sur la table.

-  Faciliter la tâche

Les petites quantités dans de petits contenants sont plus faciles à manier. On préfère les ustensiles pour enfants, plus petits et plus simples à utiliser.

-  Prendre des initiatives 

Il veut mettre des framboises au lieu des cerises dans le gâteau? Pourquoi pas! Dans la mesure où l'initiative de l'enfant n'est pas dangereuse.

-  Adapter le vocabulaire

Les mots «hacher, bouillir ou battre» peuvent être abstraits pour l'enfant. On préfère «couper en petits morceaux, quand ça fait des bulles...».

-  Libre cours à leur créativité

Même si la décoration est une étape plaisante pour tout le monde, déléguer la tâche aux enfants. Cela leur permettra de développer leur esprit artistique.

-  Mettre en valeur son travail

Ne pas oublier de le féliciter lorsqu'il fait quelque chose de bien. On peut aussi lui confectionner une trousse de cuisinier (avec un tablier, une spatule, un fouet...).

-  Créer du souvenir

Pourquoi ne pas prendre des photos de l'activité et lui faire un livre de recettes (type scrapbooking)? De cette manière, il pourra garder le souvenir de l'activité et, pourquoi pas, transmettre les recettes à ses futurs enfants!

-  Pas de stress

Ne pas être stressé! Un enfant, ça vit. Il va salir, c'est certain, mais qu'importe puisque le carrelage se nettoie bien.  N'oubliez pas que cuisiner avec son enfant ne doit pas être une contrainte, mais un moment d'échange agréable où le maître mot est le plaisir. 

 

Suggestion de lecture

Popoter avec les enfants, Jennifer Low, Éditions Transcontinental, 2009, 176 pages.

Bonne bouffe en famille, Geneviève O'Gleman, Éditions La semaine, 2010, 287 pages.

Commentaires
Partage X
Chroniques culinaires

Cuisiner avec son enfant: apprendre en s'amusant!

Se connecter

S'inscrire