Dossiers

Les Cultures de chez nous

Les Cultures de chez nous

Les Cultures de chez nous Auteur : Les Cultures de chez nous

Dossiers

Les Cultures de chez nous

Si le poireau est maintenant disponible sur les tablettes des supermarchés du Québec, c’est en grande partie grâce au travail de Michelle Rajotte et Louis-Marie Jutras, propriétaires-exploitants de la ferme Les Cultures de chez nous. Apparu vers la fin des années 1990, le sac de poireaux tranchés fait maintenant partie du paysage alimentaire. Cet heureux ajout dans notre alimentation est le fruit d’un travail de longue haleine.

Elle assistante administrative et lui cartographe de formation, le couple Rajotte-Jutras décide de retourner vivre sur une ferme à la fin des années 1970. Ayant tous les deux grandi à la campagne, le choix s’impose de lui-même. Les premières récoltes se font au début des années 1980 : ail et asperges. Des animaux de boucherie ainsi que des lapins sont également élevés sur la ferme.

C’est par pur hasard que les agriculteurs arrivent à la culture du poireau. Vers le milieu des années 1980, délaissant la culture de l’ail, ils apprennent que le poireau peut être planté en utilisant la même machine. L’appareil est mis à profit pour semer 30 000 plants de poireau. Aujourd’hui, la ferme en plante 6,5 millions annuellement.

Cette croissance importante a forcé des transformations majeures à la ferme. Les espaces de vie des animaux ont cédé la place à des chambres froides. Des terres voisines ont aussi été achetées.

Avec le temps, les agriculteurs s’aperçoivent que la vente du poireau entier en supermarché pose des difficultés. Leur légume doit être bien droit et exempt d’imperfections. Les supermarchés sont réticents à allouer un espace important sur les tablettes à un produit qui se vend moins bien que les carottes, les pommes de terre et les céleris.

Afin de diminuer le gaspillage des poireaux hors calibre, le couple décide de se lancer dans la transformation en 1999. Cette nouvelle étape nécessite un projet de recherche pour optimiser la conservation du légume, trouver des pellicules plastiques qui conservent la fraîcheur du produit et installer une nouvelle machinerie industrielle. Heureusement, l’expérience est un succès.

Les cultures de chez nous aujourd'hui

Aujourd’hui, l’entreprise emploie 40 personnes à temps plein et 70 personnes en temps de récolte. Les employés sont tous issus de la région et profitent de programmes sociaux collectifs. L’ajout de la transformation a ainsi permis de conserver des emplois à l’année.

L’avenir s’annonce prometteur puisque la relève semble assurée : les trois enfants travaillent sur la ferme ! Au fil du temps, avec l’arrivée de cette relève, Les Cultures de chez nous ont réalisé plusieurs campagnes publicitaires et ce, dans différents magazines, médias sociaux et télévision afin de présenter aux consommateurs le poireau. Divers slogans ont été lancés à travers les campagnes publicitaires : Oser poireau, Penser poireau, Cuisiner poireau et maintenant Complètement poireau.

Les Cultures de chez nous se tournent vers le Web 2.0 pour se faire connaître davantage. Un nouveau-né voit le jour, leur nouveau site via internet : completementpoireau.com. Ainsi, par ce site, le consommateur découvre le poireau : il est savoureux, versatile et nutritif. Et de plus, on y retrouve les maintes façons de le cuisiner.

Puisque les nouvelles technologies sont dans l’air du temps, l’entreprise trouve important d’investir temps et argent dans le web social. Se connecter à ses clients et consommateurs : voilà son objectif !

Coordonnées

1120, Rang 9, Sainte-Brigitte-des-Saults (Québec)  J0C 1E0

Téléphone : (819) 336-4846

Télécopieur : (819) 336-4476

Courriel : cheznous@cultures.qc.ca

Sites internet : www.cultures.ca et www.completementpoireau.com

Commentaires
Partage X
Dossiers

Les Cultures de chez nous

Se connecter

S'inscrire