Chroniques culinaires

Cet automne, ravivez votre immunité

Billet de blogue par

Vitamines et minéraux Auteur : iStockPhoto

Chroniques culinaires

Cet automne, ravivez votre immunité

Billet de blogue par

Le système immunitaire des Nord-Américains en prend un coup à l’automne et l'alimentation peut contribuer à le renforcir.

Grippe, rhume, gastro, fièvre… Ah ! Si ces périodes froides de l’année ne rimaient pas avec virus et bactéries, on s’en porterait beaucoup mieux. La fatigue de la rentrée scolaire et le manque de luminosité rendent notre corps plus sensible aux « attaques » de l’extérieur. L’alimentation peut-elle nous aider à nous défendre contre ces infections ? Oui, mais pas à tout coup !

Mangez bien, et juste assez

La pollution de l’air, le tabac, la sédentarité, le stress et le sommeil influencent également l’efficacité de notre système immunitaire. Mais chose certaine, lorsqu’on mange de façon équilibrée et que nous ne présentons aucune carence nutritionnelle, on augmente les capacités de notre corps à combattre les infections.

Ainsi, misez sur une abondance de légumes et de fruits dans votre assiette pour faire le plein de vitamines et de minéraux, des alliés de votre système immunitaire.

Des théories à valider…

On ne connaît pas la recette miracle qui permet à notre système immunitaire d’améliorer ses fonctions. De nombreux éléments nutritifs jouent un rôle important dans notre immunité : vitamine A, vitamine E, zinc, fer, cuivre… Or, il demeure assez rare que nous ayons des carences en ces types de nutriments. Les chercheurs creusent donc un peu plus loin afin de trouver la meilleure façon d’accroître l’efficacité de notre système de défense.

Vitamine C : Contrairement à la croyance populaire, les comprimés de vitamine C ne permettent pas de réduire la fréquence des rhumes et des grippes. Consommée à l’excès, l’acide ascorbique (vitamine C) est éliminé dans nos urines. Par contre, des études auraient démontré que la prise d’un supplément pourrait réduire les symptômes d’une demi-journée. À vous de voir si la dépense en vaut le coup !

La restriction calorique : Chez les animaux, le fait de réduire les apports en énergie (ou calories) permettait de réduire le vieillissement normal du système immunitaire. Mais cette théorie reste encore à être validée chez l’humain. Car à l’inverse, le fait de ne pas manger suffisamment pourrait accroître le risque d’infections potentielles.

Les probiotiques : Certaines souches (types de bactéries probiotiques) semblent être plus efficaces que d’autres. La dose de probiotiques est également un facteur important à considérer. À l’heure actuelle, nous devons encore approfondir nos recherches pour trouver quelle dose et quels probiotiques utiliser. Par exemple, nous savons que L.fermentum (souches PL9005 et PL9011), L. paracasei NCC2461, L. rhamnosus HN001 et B. lactis HN019 sont des probiotiques prometteurs. Cependant, les études ont surtout été effectuées chez le rat malade ou vieillissant. Nous n’avons pas fini de poser des questions à la science.

Chose certaine, plusieurs préfèrent les trucs de « grand-mère » pour se prémunir contre les maladies : échinacée, tisane au citron, croquer dans un oignon ou une gousse d’ail, etc. Ces moyens n’ont peut-être pas été éprouvés par la science, mais s’ils semblent avoir un effet positif sur vous, alors, pourquoi ne pas les essayer ?

Commentaires
Partage X
Chroniques culinaires

Cet automne, ravivez votre immunité

Se connecter

S'inscrire