Chroniques culinaires
6 juin 2016

Profiter de la saison du homard, sans gaspillage!

Billet de blogue par Recettes du Québec
Profiter de la saison du homard, sans gaspillage!

Profiter de la saison du homard sans gaspillage Auteur : junce

Chroniques culinaires
6 juin 2016

Profiter de la saison du homard, sans gaspillage!

Billet de blogue par Recettes du Québec
Cet article fait aussi partie des dossiers :

Il y a plusieurs façons de déguster ce délicieux crustacé et d’éviter d’en gaspiller le moindre morceau. Voici quelques méthodes qui s’offrent à vous.

On peut soit acheter le homard entier et le faire cuire ou se procurer la chair déjà cuite, ce qui évite bien des manipulations. Néanmoins, si vous voulez cuire votre homard vous-même, l’important est que l’eau soit aussi salée que celle de la mer, soit environ 1 à 2 c. à thé de sel pour une tasse d’eau. Il y a d'ailleurs de multiples méthodes pour faire cuire le homard.

Modes de cuisson

On peut le faire à la vapeur, avec 1 cm d’eau dans le fond d’une casserole pendant douze minutes, ou dans l’eau bouillante, en plongeant les homards et en calculant le temps à partir de la deuxième ébullition. Le temps de cuisson varie selon de poids, soit huit minutes pour une livre et une minute de plus pour chaque quart de livre supplémentaire. Pour les mordus de BBQ, il est aussi possible de faire griller le homard, d’abord en le blanchissant cinq minutes, pour ensuite le finir sur le grill coupé en deux sur la longueur. Enfin, on peut aussi le faire cuire au four pendant 15 à 20 minutes. La chair du homard est cuite lorsqu’elle n’est plus translucide.

Bien entendu, comme beaucoup d’efforts ont été déployés pour pêcher les homards, les transporter et les cuire, on ne voudrait certainement pas en gaspiller une miette. La clé est d’enlever la chair dans toutes les parties du homard, que ce soit la pince, les pattes ou la queue et de retirer les parties indésirables, comme l’intestin. On peut aussi bien ce crustacé chaud que froid, en salade, en croquette, en chaudrée ou dans une guédille (« lobster rolls ») avec une mayonnaise citronnée et des aromates (oignons verts, ciboulette, sel, poivre, persil, agrumes, paprika fumé etc.).

Ne rien gaspiller

Il est également possible de manger les œufs, appelés corail, qu’on retrouve généralement en grande quantité dans les homards femelles. Le corail devient rouge vif à la cuisson. On peut faire sécher les œufs pour ensuite les réduire en poudre au robot culinaire. Cette poudre au léger goût salé peut être intégrée dans une mayonnaise qui accompagnera bien les plats concoctés avec ce crustacé.

Avec les carcasses, on peut faire une bisque de homard, de la même manière qu’un fumet de poisson. On les fait revenir avec de l’oignon, du céleri, des carottes, de l’ail. On ajoute ensuite du vin blanc pour déglacer, de la pâte de tomate, du poivre, du clou de girofle, des feuilles de laurier ainsi que de l’eau et on laisse mijoter le tout pendant quelques heures. Il est aussi possible de faire une huile de homard, ou d’autres crustacés, en mettant les carcasses dans de l'huile et en les laissant infuser longtemps à feu très doux.

On peut donc faire beaucoup de choses avec le homard. J’espère que ces idées vous motiveront à utiliser cet aliment au maximum!

Par Catherine Roy, membre du comité Sauve ta bouffe

 

Partage X
Chroniques culinaires

Profiter de la saison du homard, sans gaspillage!

Se connecter

S'inscrire