Chroniques culinaires

La planification des repas

Planification des repas Auteur : Recettes.qc.ca Source : iStockPhoto

Chroniques culinaires

La planification des repas

Bien s'alimenter au quotidien, surtout les jours de semaine, peut rapidement se transformer en casse-tête. Consultez notre guide pratique pour des conseils!

Serré dans le temps et souvent à court d'ingrédients, on se contente d'une solution facile en ayant recours au pré-fait, ou pire, au restaurant. Les conséquences : une alimentation moins équilibrée et un trou assuré dans le budget.

Certes, les avantages de concocter sa nourriture à la maison sont nombreux autant sur le plan économique que sur la santé. Toutefois, la clé du succès réside dans la planification. Voici donc pourquoi il vaut la peine de respecter certaines étapes, question d'en soutirer tous les bénéfices.

 

Des conseils de base pour la planification d'un menu

Bien que certaines personnes plus spontanées aient du mal à respecter un menu de semaine prédéterminé, il est quand même possible de s'organiser sans toutefois se limiter à une séquence très stricte dans les repas. Voici donc quelques trucs à respecter !

  • On planifie un bassin de recettes pour couvrir tous les repas de la semaine et on achète nos ingrédients en conséquence.

  • On tente le plus possible d'intégrer en premier dans nos recettes les aliments périssables qu'il nous reste de la semaine précédente. Aussi, on priorise, les jours de semaine, les plats qui nous laisseront des restes faciles à transformer en lunchs.

  • On prévoit un moment "bouffe" dans la semaine. On y concocte une grosse recette, laquelle on pourra séparer en plus petites portions et congeler : sauce à spaghetti, rôti de palette, ragoût, etc.

  • On en profite aussi pour préparer certains aliments pour la semaine. Par exemple, on cuit des pâtes si on sait en avoir besoin dans les deux trois jours qui suivent et on coupe nos légumes pour les repas subséquents.

 

On économise

Si notre objectif est de sauver des sous, plusieurs trucs et outils peuvent être utilisés et respectés.

  • En premier lieu, on se synchronise avec les aubaines en circulaires. Concrètement, on achète en priorité les articles en solde et on fait des réserves. On peut même acheter en plus grande quantité poissons et viandes à condition de les emballer hermétiquement et de les congeler aussitôt. Il ne reste plus qu'à s'assurer d'avoir assez de place au congélateur !

  • Les articles non périssables peuvent être achetés à l'avance sans soucis. On tente néanmoins de ne pas acheter des items dont on détient déjà plusieurs exemplaires au garde-manger. 

  • Aussi, avant de se rendre à l'épicerie, on fait l'inventaire de notre garde-manger, du réfrigérateur ainsi que du congélateur et on fait le bilan de ce qui manque avant de dresser la liste d'achats.

  • On s'assure de ne pas manquer des denrées de base, telles que le lait, le beurre, les oeufs, etc. On valide ensuite tous les ingrédients requis pour les recettes souhaitées en cours de semaine et on bonifie avec des articles en solde que nous avons déterminés à l'avance. Vaut mieux faire la réflexion à la maison qu'une fois à l'épicerie devant tous les produits qui pourraient nous tenter. Sur place, on évite de déroger en se limitant à notre liste.

  • Une autre belle façon d'économiser, faire son lunch. Lorsqu'on revient de l'épicerie, on prépare des bases de lunchs pour toute la semaine. Par exemple, on coupe nos petits légumes d'avance pour les cinq lunchs, on sépare notre gros pot de yogourt dans des petits plats individuels, etc.

Gardez en tête que les quelques sous épargnés çà et là peuvent facilement se transformer en dizaines de dollars par semaine.

 

On met les chances de notre côté

Soyons réalistes! On a beau essayer de tout prévoir, si l'on sait que régulièrement on n'aura pas le temps de faire le souper, c'est le moment d'ajouter à notre liste d'épicerie la pizza ou la lasagne surgelée au rabais. Cela sera toujours moins dispendieux que d'aller au restaurant ou faire venir une pizza.

Aussi, peut-être n'apprécie-t-on pas avoir des repas prédéterminés durant toute une semaine. On tente alors au minimum de prendre un moment à chaque soir pour planifier pour le lendemain. Cela permettra de s'assurer d'avoir tout le nécessaire en main et même de  prendre de l'avance dans certaines tâches : marinade, légumes, pâtes, etc. Les imprévus qui pourraient donc survenir le lendemain nous prendront moins au dépourvu, ainsi on évitera de succomber à l'appel du resto.

Dans le cas où on a tout prévu, mais qu'il nous manque un ingrédient ? Pas de panique ! Il est possible de s'en sortir en consultant notre liste de substitutions.

À bas la monotonie
Pour tenir le coup, mieux vaut opter pour la variété des menus plutôt que pour des recettes redondantes qui pourraient bien devenir ennuyantes. De plus, pour égayer notre planification hebdomadaire, on peut se lancer le défi de réaliser une recette sortant complètement de notre répertoire. Par exemple, on essaie le plat traditionnel d'un pays étranger (consultez notre section Cuisine du monde à cet effet), on intègre un nouvel ingrédient, etc.

Pour élargir notre répertoire, on s'inspire des recettes dénichées sur des blogues culinaires ou encore des sites en ligne. On note nos coups de coeur ainsi que les recettes que l'on souhaite essayer. Une exploration bien simple qui nous évitera le "syndrome de la page blanche" version cuisine. À force de réaliser de nouvelles recettes, on saura identifier celles qui nous plaisent et on pourra ensuite les ajouter à notre bassin de recettes dans lequel puiser pour planifier nos semaines !

Attention toutefois de faire ses tests au bon moment. Si on souhaite intégrer à notre menu de nouveaux ingrédients inconnus de toute la famille, on fait des essais lorsqu'on a un plan B. Par exemple, des restes de la veille ou encore une sauce à spaghetti surgelée. Ainsi, en cas de catastrophe, on n'a pas à commander du resto à la dernière minute.

Commentaires
Partage X
Chroniques culinaires

La planification des repas

Se connecter

S'inscrire