Chroniques culinaires

La folie des bolets

Billet de blogue par

La folie des bolets

Auteur : La Belle au bois gourmand

Chroniques culinaires

La folie des bolets

Billet de blogue par

Voici quelques conseils pour s'essayer à l'autocueillette des bolets!

Septembre, le mois sacré du champignon sauvage. Il y en a tellement qu’on ne sait plus où donner de la tête! Alors pourquoi ne pas y aller par étapes et simplement se consacrer aux bolets? Les bolets sont facilement reconnaissables de par leurs tubes qui recouvrent toute la partie inférieure du chapeau et la plupart sont comestibles. Attention, il faut toutefois que vous soyez sûr de vous, on ne mange jamais un champignon sans l’assurance absolue de sa comestibilité et sans l’avis d’un expert si l’on n'en est pas un. La politique du risque zéro, un point c’est tout! Mais règle générale, le risque est faible.

Que nous réserve donc l’automne en matière de bolets? De la diversité, de la beauté, de l’abondance et surtout, l’assurance d’une grande gastronomie forestière! Mes choix sont assez simples quant aux bolets de l’automne : bolet granuleux, cèpe d’Amérique, bolet orangé, bolet des épinettes (le plus abondant) et bolet brun, sans oublier les divers bolets bleuissant et un autre un peu plus rare, le bolet blanc de neige (à déshydrater). Il ne faut bien sûr pas oublier le bolet à pied glabrescent, généralement un peu plus hâtif que les autres et qu’on trouve vers la mi-août. C’est de loin mon préféré autant frais que séché. Voici enfin quelques idées pour profiter pleinement de votre récolte de bolets :

Lorsque vous ramassez ou achetez  des bolets ou des cèpes, il est important que vous portiez une attention particulière à la fermeté des tubes sous le chapeau. Plus les tubes seront mous, moins le champignon sera bon et plus il pourra vous causer quelques troubles de digestion (rien de grave. mais pas très agréable…).

Dans le cas de beaux bolets un peu âgés, il suffit de retirer délicatement les tubes du chapeau, ainsi, si le champignon est exempt de larves, il peut être consommé frais ou aller au séchage. On peut souvent grossir une récolte en ramassant les bolets un peu plus vieux, moins jolis, moins parfaits, et les mettre au déshydrateur. Lors de la cueillette, prenez soin de ranger les beaux spécimens entre eux et les moins beaux à part, si des larves les ont contaminés au moins elles n’iront pas souiller les jeunes et beaux spécimens.

la folie-3-300

D'ailleurs, si vous faites de belles récoltes de bolets, équipez-vous d’un déshydrateur ménager, vous pourrez ainsi conserver longtemps le fruit de vos recherches, c’est un outil indispensable à tout amateur de champignons qui se respecte. Je conseille vivement de les conserver dans des bocaux de verre de type pots Mason. Ils garantissent une meilleure conservation et une meilleure saveur pendant plus longtemps. Les champignons ainsi séchés peuvent se garder plusieurs années, mais gageons qu’à la fin de l’hiver vos armoires seront vides…

Passez un bel automne et que la cueillette soit fructueuse!

Par Olivier Galante, La Belle au bois gourmand

Commentaires
Partage X
Chroniques culinaires

La folie des bolets

Se connecter

S'inscrire