Chroniques culinaires

Cinq mythes entourant l'alimentation au masculin

Auteur : Import Process

Chroniques culinaires

Cinq mythes entourant l'alimentation au masculin

Toutes sortes de croyances circulent chez les hommes et les sportifs concernant la nutrition. Lumière sur cinq mythes et idées fausses entourant l'alimentation masculine.

 

 

1. Les sportifs doivent prendre des suppléments de protéines s'ils souhaitent augmenter leur masse musculaire.

Faux. Bien que ce soit pratique courante, les athlètes n'ont pas besoin de consommer des suppléments protéinés. Il est vrai que leurs besoins en protéines sont relativement plus élevés que ceux de la population en général, mais les aliments peuvent suffire à les combler. Par ailleurs, jusqu'à présent, aucune étude n'a prouvé la supériorité des protéines en poudre sur celles que fournissent naturellement la viande, le poisson, les légumineuses, le tofu, les oeufs, les noix et les graines, les produits laitiers et les boissons de soya.

Les apports quotidiens recommandés pour les adultes en santé sont d'environ 0,8 g de protéines par kg de poids corporel. Une personne de 60 kg aurait donc besoin d'en consommer 48 g par jour, ce que les aliments fournissent sans peine. Les athlètes, en fonction de leur discipline et de l'intensité de leur entraînement, ont des besoins qui oscillent entre 1,0 et 2,0 g/kg par jour.

Athlètes d'endurance : de 1,2 à 1,6 g/kg

Entraînement en force/puissance : de 1,6 à 1,8 g/kg

Sports « intermittents » (soccer, hockey, basketball, etc.) : de 1,2 à 1,6 g/kg

Comme les grands sportifs dépensent beaucoup d'énergie et qu'ils mangent généralement en conséquence, leur alimentation peut aussi fournir suffisamment de protéines.

 

À titre indicatif, voici quelques sources alimentaires de protéines.

 

 

portion

protéines

Environ une demi-poitrine de poulet

100 g

33 g

Filet de porc

100 g

30 g

Boeuf haché maigre

100 g

28 g

Lentilles

250 ml

18 g

Fromage cottage 1 % M.G

125 ml

15 g

Lait

250 ml

9 g

Amandes rôties

60 ml

8 g

Yogourt nature

12 ml

7 g

OEuf

1

6 g

L'entraînement est indispensable pour développer votre masse musculaire. Aucun type de protéines ne donne de résultats sans cela!

 

2. L'alcool réchauffe le corps

Vrai et faux. S'il est vrai que la consommation d'alcool vous réchauffe momentanément, elle accentue plutôt le refroidissement de l'organisme à moyen terme.

L'alcool a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins à la surface du corps. Le sang se rapproche ainsi de votre peau et dépose sur vos joues et votre nez cette rougeur caractéristique des soirées bien arrosées.

La dilatation de vos vaisseaux sanguins libère de la chaleur, ce qui vous donne l'impression de vous réchauffer. Toutefois, si votre peau se réchauffe un instant, votre corps perd cette chaleur et se refroidit.

Cet hiver, pour vous réchauffer, préférez les liquides chauds comme la tisane, le bouillon de poulet, les soupes et le lait au chocolat chaud.

Mythes à propos du beurre et des mini-carottes

 

3. Le beurre est plus engraissant que la margarine

Faux. Le beurre et la margarine renferment la même quantité de gras et de calories, soit 11 g de matières grasses et 100 calories pour 1 c. à table (15 ml). La différence réside plutôt dans les types de gras.

Le beurre contient une grande proportion de gras saturés, un gras nocif pour vos artères lorsque consommé en grande quantité.

La margarine hydrogénée, quant à elle, fournit beaucoup de gras trans, un type de gras aussi dommageable pour la santé de votre coeur que les gras saturés.

La margarine non hydrogénée présente un meilleur profil : moins de gras trans, peu de gras saturés.

Beurre ou margarine? Tout dépend de l'usage que vous en faites, car ce n'est pas l'aliment, mais la dose qui fait des ravages...

 

4. Les mini-carottes regorgent de chlore

Faux. Le chlore est utilisé au début du processus de transformation des mini-carottes. Toutefois, le surplus de chlore est éliminé à la suite d'un rinçage intensif, d'un pelage et d'un sablage de ces légumes.

Selon certaines rumeurs, les mini-carottes vendues au supermarché regorgeraient de chlore. Trempées dans une solution de chlore au cours du processus de transformation, les mini-carottes en absorberaient en trop grande quantité. Cet excès se manifesterait sous la forme d'une pellicule blanche à la surface du légume quelque temps après l'achat.

Il est effectivement vrai que de l'eau chlorée est utilisée dans la transformation des mini-carottes, tout comme dans celle de plusieurs autres légumes, fruits, viandes, volailles et poissons. Le chlore est souvent utilisé pour désinfecter l'eau et réduire les risques de contamination microbienne au cours de la transformation de l'aliment.

Après avoir été lavées dans une solution chlorée, les mini-carottes sont très bien rincées et parfois essorées avec une force importante (centrifugées). Cette étape permet de retirer l'excédent de chlore et satisfait aux exigences de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Les carottes sont ensuite coupées, pelées et sablées. Il est donc peu probable que des résidus de chlore demeurent à la surface des mini-carottes après de telles manipulations...

Il n'y a aucune donnée concernant la présence de résidus de chlore dans les aliments. Cependant, Santé Canada indique que « en raison de leur solubilité dans l'eau et de leur forte réactivité, le chlore et les sels d'hypochlorite ne devraient pas s'accumuler ou se concentrer dans la chaîne trophique [alimentaire]. Par conséquent, il n'y a aucune raison de croire que les concentrations de résidus dans les aliments pourraient être supérieures aux concentrations de fond d'origine naturelle ».

En fait, la pellicule blanche observée est le résultat de l'oxydation des mini-carottes au contact de l'air...

 

5. La soupe au poulet guérit le rhume

Faux. Ce n'est pas d'hier qu'on sert un bon bol de soupe au poulet aux enrhumés. En effet, selon des écrits grecs, on l'utilisait déjà comme « remède » au 12e siècle. Cependant, très peu d'études se sont penchées sur le fondement scientifique de cette pratique. En fait, aucune n'a documenté la question de savoir si la soupe au poulet favorise ou non la guérison du rhume. Par ailleurs, selon deux études, elle pourrait aider à soulager un de ses symptômes : la congestion. Comme on dit, c'est mieux que rien!

La première étude indique que c'est en favorisant la liquéfaction du mucus que la soupe au poulet dégagerait les voies respiratoires. Lorsqu'elle a été comparée à l'eau froide et à l'eau chaude, elle s'est révélée la plus efficace, suivie de l'eau chaude. Ces résultats suggèrent donc que la chaleur a un effet et que le facteur « soupe au poulet » apporte quelque chose de plus.

La deuxième étude, pour sa part, a mis en lumière les propriétés anti-inflammatoires probables de la soupe au poulet. Avant d'aller plus loin, précisons que la plupart des symptômes du rhume découlent des réactions inflammatoires secondaires à l'infection virale. Les résultats de cette étude indiquent que la soupe au poulet freinerait la mobilisation des molécules pro-inflammatoires. Ce faisant, il est logique de penser qu'elle pourrait alléger les symptômes du rhume, dont la congestion. On ne sait pas à quelles substances précises on doit ce phénomène, mais il semblerait qu'elles soient surtout concentrées dans le bouillon.

Soupe de grand-maman ou soupe commerciale? Étonnamment, les soupes commerciales présentaient aussi des effets anti-inflammatoires, bien que ceux-ci varient grandement d'une marque à l'autre. Il faut préciser que l'expérimentation s'est déroulée in vitro (en laboratoire). Des études chez des enrhumés en « chair et en os » s'avèrent donc nécessaires. Si vous voulez être « cobaye », sachez que la « dose » utilisée correspondait à une portion de 375 ml (1 ½ tasse), pour une personne de 70 kg.

Deux études sont encore trop peu pour se prononcer avec certitude sur quoi que ce soit. Pour autant que l'on sache, la soupe au poulet pourrait aider à rendre le rhume moins pénible à vivre, mais il est impossible de savoir si elle favorise ou non sa guérison. Cela dit, peu importe ce que les découvertes futures nous réservent, quand on est aux prises avec un rhume, la soupe au poulet est, et restera, un aliment des plus réconfortants!

 

Source

Extenso

 

Suggestion de lecture

Manger des bananes attire les moustiques, Julie DesGroseilliers, Éditions La Presse, 188 pages, 2009.

Commentaires
Partage X
Chroniques culinaires

Cinq mythes entourant l'alimentation au masculin

Se connecter

S'inscrire